12/04/2006

les charmes de ma ville natale

FES : LA PLUS IMPERIALE DES VILLES IMPERIALES

Première capitale du royaume en 808 avec Idriss II, puis deux fois encore, au XIIIème siècle sous le règne de Moulay Abdallah, centre spirituel et culturel du Maroc traditionnel : Fès est une ville multiple, unique par sa splendeur.
Outre la ville européenne construite après la première guerre mondiale, Fès se dédouble en Fès el Jédid ("la Nouvelle") et Fès el Bali ("l'Ancienne"). Fès el Bali se compose elle-même de deux quartiers.
En 818, plusieurs centaines de familles musulmanes, chassées d'Andalousie par les armées chrétiennes, s'installèrent sur la rive droite de l'oued Fès. Sept ans plus tard, 300 familles kérouanaises s'établirent sur l'autre rive.
Les Arabes d'Andalousie apportèrent l'art et le savoir d'une civilisation à l'apogée de sa gloire. Le quartier des Andalous saisit par sa splendeur et par la profusion de ses édifices. Les palais rivalisent d'ornements : boiseries sculptées, bronzes ciselés, zelliges polychromes, moucharabiehs, colonnes et plâtres sculptés...

A deux pas, la porte monumentale de la Mosquée des Andalous invite les fidèles au recueillement. Signalée par son minaret vert et blanc, la médersa el Sahrij (construite en l'an 1321) semble ruisseler de sa luxueuse décoration. Toutes les médersas abritent une cour pavée de marbre ou d'onyx qu'on aperçoit par les portes entrouvertes comme un sanctuaire de lumière. Par une fenêtre s'échappent des voix d'enfants qui psalmodient. Prêtez l'oreille et vous entendrez vibrer, comme des cordes, les liens qui unissent un peuple à sa culture, la terre au ciel, la matière à l'esprit.
 

A NE PAS MANQUER

AU RENDEZ-VOUS DES GOURMETS

Fès, décidément capitale, est aussi la capitale de la gastronomie. C'est le berceau de la pastilla légendaire et succulente : une pâte feuilletée aussi légère qu'un papier de soie renfermant un subtil hachis de pigeon, de sucre, d'amandes et d'épices. Et puis, en flânant dans les rues, si vous rencontrez un vendeur de nougat, n'hésitez pas, arrêtez-vous pour goûter.

LES TRESORS BLEUS DU DAR-BATHA

Près de l'admirable médersa Bou Inania, le musée du Dar-Catha regorge de trésors. Admirez la collection des céramiques, les plus belles du Maroc sont dues à la technique et à l'art fassis. Le célèbre "bleu de Fès" sert généralement de fond au décor, où s'enchevêtrent des motifs géométriques ou stylisés variés à l'infini.

LE TEMPS DES CERISES

A la ville de Sefrou, au mois de juin, les habitants fêtent le retour des cerises. Une procession se rend au tombeau du prophète Daniel. Une savoureuse occasion de découvrir le folklore vivant du Moyen-Atlas : Joyeux tumulte de la fantasia suivi par des chants et des danses paysannes.

AU FOND DU GOUFFRE

Près de Taza, le gouffre de Friouato s'enfonce à 180 m de profondeur. Un escalier descend jusqu'à un véritable palais souterrain. Salles et galeries semblent hantées d'étranges figures. Ce sont les stalactites, les stalagmites et les concrétions dont se hérissent les parois : Une féerie minérale.

L'EAU DE MOULAY YACOUB

Ici, il est recommandé de se mettre dans le bain! Les eaux chaudes et bienfaisantes de Moulay Yacoub soulagent rhumatismes, affections du nez et de la gorge, maladies de la peau et problèmes gynécologiques. Soyez parmi les premiers à profiter de la douillette, luxueuse, ultramoderne et toute récente station thermale de Moulay Yacoub et de ses équipes médicales réputées.

15:03 Écrit par Suzette Alanis | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Mmmmmh! Je sens que je vais faire cette recette bientôt pour mon petit chéri! Ce soir, chez nous c'est tajine (tunisien) aux merguez.

Écrit par : Valérie | 12/04/2006

Les commentaires sont fermés.